Désamorcer les conflits pour des adieux paisibles : quelques conseils

08 septembre 2021
Temps de lecture: 3 minutes

Faire ses adieux à un proche n’est jamais simple. Ceux qui sentent que la fin est proche veulent souvent profiter au maximum de leur entourage tant qu’ils le peuvent encore. Et se remémorer les beaux moments du passé, car ces souvenirs peuvent aussi atténuer la douleur des adieux. Tant pour la personne en fin de vie que pour ses proches, que les souvenirs peuvent aider à reprendre le fil de leur vie.

Mais que faire si le climat familial est tendu ? En cas de conflit ou de désaccord ? S’il est impossible de parler ouvertement de la situation ? Et que nous n’avons même pas l’occasion de sonder les souhaits de la personne en fin de vie et de lui demander comment elle voit sa cérémonie d’adieu ? Les conflits sont souvent source de solitude et font obstacle à des adieux sereins pour toutes les personnes concernées.

Et pourtant, aussi inconfortable que cela puisse être, il n’est jamais trop tard pour tenter de régler un conflit par la discussion. La conversation s’avère souvent utile : elle rapproche et rend les adieux plus légers.

Comment éviter qu’une conversation animée par les meilleures intentions du monde se transforme en une discussion pénible, voire sans issue ? Quelques conseils.

  • Choisissez un moment calme pour vous réunir et un endroit où chacun se sent à l’aise.
  • Clarifiez vos intentions et expliquez ce qui a de l’importance à vos yeux. Par exemple :
    « Je veux régler notre différend pour finir ma vie en paix. »
    « Je veux que nous assumions les soins de nos parents de manière égale, afin que chacun se sente bien. »
    « Je veux éviter que vous ayez des problèmes après mon décès en organisant tout dès maintenant. »
    Est-ce également important pour les autres ? Si oui, c’est une bonne base pour entamer la conversation. Aidez-vous mutuellement à garder à l’esprit l’objectif de la conversation. L’idéal pour éviter de vous laisser emporter par les émotions ou les discussions et que la conversation prenne une tournure inattendue.
  • Partagez calmement vos propres expériences, votre ressenti et vos souhaits. Évitez les demandes, les reproches, les exagérations (« Tu n’étais jamais là ! » « J’ai toujours dû payer pour tout ! »). Ne minimisez rien (« Ce n’était pas si grave »). Vous ne feriez qu’ajouter de l’huile sur le feu et il serait impossible de mener une discussion constructive.
  • Réfléchissez à quoi faire si les propos de votre interlocuteur vous touchent et que vous vous laissez submerger par l’émotion. Il pourrait être judicieux de vous lever et de marcher, de quitter la pièce pour être seul pendant un moment, de compter jusqu’à dix, etc. Dites aux autres pourquoi vous faites cela afin qu’ils comprennent ce qui se passe.
  • N’oubliez pas que nous vivons tous les choses différemment. Chacun se souvient du passé à sa manière. Résistez à la tentation d’entrer dans un débat stérile. Chacun a raison de son propre point de vue. Vous devez respecter cela et montrer de l’intérêt pour l’expérience de l’autre personne. De quoi ouvrir la porte à une véritable conversation.
  • Vous ne parvenez pas à mener une conversation constructive ? Les conflits s’enveniment ? Vous n’osez pas entamer la discussion seul ? Demandez de l’aide en temps utile. Un médiateur certifié spécialisé en fin de vie possède l’expérience et l’expertise nécessaires pour vous aider.

Même les familles où règne la paix ont tout intérêt à penser dès maintenant à demain et aux merveilleux souvenirs que chaque membre laissera derrière lui, grâce aux belles paroles prononcées, par exemple. Saisissez toutes les occasions d’exprimer vos sentiments et de dire à vos proches combien vous les aimez. Ce plan étape par étape vous aidera à mettre des mots sur votre ressenti.

Lisez également les articles ci-dessous pour plus d'inspiration sur la vie et les adieux.