DELA lance 'Je ne t’oublierai jamais'

Parce que les enfants aussi sont en deuil...

Le spécialiste funéraire DELA veut aider les gens avant, pendant et après les funérailles. Dans l’optique de cette mission, en collaboration avec ses spécialistes du deuil et la thérapeute du deuil Lies Scaut, DELA a développé 'Je ne t’oublierai jamais', un outil digital pour aider les enfants à faire leur deuil, parce que les enfants aussi sont en deuil... ce qu’on oublie parfois.

L'application se concentre sur les enfants des écoles primaires et veut les soutenir dans leur processus de deuil afin de garder le souvenir du défunt vivant. Léon et Marie, les personnages principaux de l'application, emmènent l'enfant dans un voyage à travers le labyrinthe du deuil et les aident à créer un monde de souvenirs.

Mais ce n'est pas tout. Les enfants ont souvent une idée erronée de tout ce qui concerne les funérailles, le défunt ou la présentation du défunt. C'est pourquoi un volet éducatif a été développé où les enfants peuvent regarder des vidéos informatives sur les adieux. De cette façon, ils sont bien préparés pour commencer le processus du deuil et ils savent à quoi s’attendre.

Lisez le communiqué de presse officiel

Comment fonctionne 'Je ne t'oublierai jamais' ?

Dans 'Je ne t'oublierai jamais' vous, en tant que parent ou tuteur, pouvez créer un compte pour les enfants à partir de l’âge de six ans, qui ont perdu un proche récemment ou il y a plus longtemps. Les enfants peuvent, ensemble avec vous ou tout seul, créer un univers plein de souvenirs du défunt, dans un environnement sûr, créatif et adapté aux enfants.

Ce monde prend forme en plantant un arbre pour le défunt auquel votre enfant peut ajouter des souvenirs pour que l'arbre grandisse. A partir de l'arbre, vous pouvez continuer vers les nuages et les étoiles jusqu'à la lune où votre enfant peut envoyer des messages au défunt.

Créer un compte

En trois étapes faciles, vous, en tant que parent ou tuteur, pouvez créer un compte avec votre enfant, après quoi l'arbre peut être planté. Ensuite, votre enfant peut ouvrir infiniment cet univers et y ajouter des souvenirs à l'arbre, aux nuages et aux étoiles. Votre enfant pourra s'inspirer d’une vingtaine de suggestions pour remplir cet univers de textes, dessins, enregistrements vocaux, vidéos YouTube, photos...., bref, de beaux souvenirs.

En plus de la partie consacrée aux souvenirs, il y a aussi une section éducative dans laquelle les enfants peuvent regarder des vidéos relatifs aux thèmes du dernier adieu: Puis-je encore voir le défunt ? Que se passe-t-il lors d'une cérémonie d'adieu? On va au cimetière ensemble?

Dites-leur que le défunt peut continuer à vivre dans leur cœur et dans l’univers du souvenir !

Au centre funéraire

Une des vidéos claires et magnifiquement créées qui est utilisée dans l’application Web «Je ne t'oublierai jamais». Léon et Marie se rendent au salon funéraire où repose leur papa.

Rites de deuil pour enfants

  • Fabriquez une bougie avec votre enfant qu’il peut allumer pendant la cérémonie d'adieu ou à la maison à côté de la photo du défunt.
  • Décorez un petit pot en verre comme photophore pour une bougie que les enfants peuvent faire passer pendant la cérémonie d'adieu. Pour les petits enfants, vous pouvez toujours remplacer la bougie par une peluche.
  • Les enfants peuvent lâcher des ballons de vœux ou des ballons à l’hélium pourvus d’un message ou d’un dessin. Pour les tous petits, vous pouvez également utiliser un jouet à bulles au moyen duquel ils peuvent souffler leurs vœux dans l’air.
  • De nos jours, il arrive de plus en plus souvent que les enfants décorent le cercueil du défunt. Renseignez-vous toujours sur cette possibilité auprès du centre funéraire. Pour les enfants, cela peut avoir beaucoup d’importance, car c'est la dernière chose qu'ils peuvent faire pour le défunt.
  • Fabriquez des bateaux en papier éclairés avec votre (vos) enfant(s). Vous pouvez trouver ce papier spécial dans les papeteries et les boutiques d'artisanat. Sur ces bateaux vous pouvez écrire des messages. Après avoir dit au revoir, procédez à la mise à l’eau des bateaux emportant avec eux les messages des enfants vers l'éternité.
  • Un vêtement peut servir à fabriquer une housse d’oreiller de façon à ce que votre enfant ait un oreiller unique du défunt. Outre une housse d’oreiller, vous pouvez également fabriquer une couverture de réconfort sous laquelle votre enfant pourra se cacher quand il se sent triste.

Rappelez-vous que les enfants

  • ne sont pas de petits adultes.
  • ont également du chagrin.
  • se rendent compte à partir d’un certain âge que la mort est pour toujours.
  • ont droit à une information claire et honnête.
  • peuvent également dire au revoir.
  • veulent parfois vous épargner, en tant qu’adulte.
  • ont leur propre langue et en tant qu'adulte, il faut trouver les moyens d’entrer dans leur univers.
  • ont besoin d’une routine quotidienne.
  • ne doivent pas être dorlotés davantage suite à une expérience de perte.
  • préfèrent parfois parler à quelqu'un d'autre plutôt qu'à vous en tant que parent ou tuteur.
  • ont beaucoup d’imagination qui est parfois plus atroce que la réalité.
  • sont très spontanés quand il s’agit de poser des questions ou de raconter des histoires.
  • réagissent parfois plutôt physiquement qu’émotionnellement.

Questions fréquemment posées aux parents

Comment raconter à mon enfant que quelqu'un est décédé ?

Les enfants ont besoin d'une information honnête et correcte, adaptée à leur âge. En tant que parent, vérifiez d'abord si vous vous sentez capable de donner ce message. Il n'y a rien de mal à confier cette tâche à quelqu'un d'autre tant que les enfants connaissent cette personne. N'en faites pas une histoire trop longue et donnez un message aussi court et concis que possible. Ne cachez pas les détails. Sinon les enfants les inventent eux-mêmes à partir de leur imagination, qui est souvent plus horrible que la réalité. Vous pouvez utiliser des livres de lecture ou des livres que les enfants peuvent déjà lire eux-mêmes. Ensuite, laissez-les faire un dessin, écrire un texte, bricoler quelque chose ou simplement continuer à jouer. Osez utiliser des mots tels que " mort ", " pour toujours " et " plus jamais ". Ne dites pas à votre enfant qu'être mort est la même chose que dormir. Quelqu'un qui dort peut se réveiller. Quelqu'un qui est mort est mort pour toujours, l'on ne peut plus le/la voir, entendre ou câliner.

Dois-je emmener l’enfant voir le défunt ?

Pour les enfants, il est important qu'ils puissent encore voir le défunt. Voir avant de croire ! Concertez préalablement le moment idéal de la visite avec l'entrepreneur de pompes funèbres et préparez votre enfant. Dites-lui que la personne décédée est allongée sur un lit dans une petite chambre et qu'elle peut sembler un peu différente qu'avant. Quand il s'agit d'un décès à la suite d'un accident, demandez d'abord s’il y a des blessures visibles afin que vous puissiez également préparer votre enfant. Parfois le visage n'est plus présentable, mais l’enfant peut quand même caresser ou tenir la main. Laissez à votre enfant le libre choix de regarder de plus près, de toucher la personne décédée ou de l'embrasser. Dites-lui que le défunt sera froid et moite au toucher. Restez toujours près de votre enfant et suivez son rythme. N’obligez jamais votre enfant à aller voir ou toucher la personne décédée. Si votre enfant ne veut pas y aller, vous pouvez faire des photos que vous pouvez lui montrer après quand l’enfant sera prêt.

Dois-je emmener mon enfant à la cérémonie d'adieu ?

Il n'y a pas d'âge idéal pour emmener votre enfant à la cérémonie d'adieu. C'est différent pour chaque enfant et vous, en tant que parent, pouvez l’évaluer au mieux. Proposez-le toujours à votre enfant et expliquez-lui comment fonctionne une cérémonie d'adieu (utilisez la vidéo dans l'application !). Vous pouvez même laisser les enfants jouer un rôle dans la cérémonie en plaçant une fleur ou un dessin sur le cercueil, en lisant un texte ou un poème, etc. Plus les enfants sont impliqués dans un dernier adieu, plus ils se sentent pris au sérieux et plus ils se rendent compte qu’ils ont le droit d’être tristes ou d’éprouver un sentiment de perte. Ne croyez pas que vous pouvez épargner les enfants en les éloignant de tout. Les enfants sont très sensibles et sentent qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Quand ils n'ont pas le droit de savoir ce qui se passe, ils commencent à fantasmer et risquent de s’enliser dans ces sentiments en vieillissant.

Comment impliquer mon enfant dans la cérémonie d'adieu ?

Un adieu définitif est souvent difficile à comprendre pour les enfants. Lorsqu'on leur permet de faire partie de cet adieu, ils se sentent souvent plus engagés et l'adieu devient tangible et visible. Demandez à votre enfant s'il aimerait contribuer à la cérémonie d'adieu. Si c'est le cas, cherchez ensemble des rituels qui peuvent aider. Placez une fleur ou un dessin sur le cercueil, chantez une chanson, lisez un poème ou un texte, etc. Cependant, si votre enfant préfère ne rien faire, respectez sa décision. Même quand des nièces, des neveux ou des amis font quelque chose. Chaque enfant sait de manière intuitive ce qu'il peut supporter et ça ne sert à rien de le forcer.

Comment expliquer une crémation ?

Les enfants trouvent souvent qu’une crémation est effrayante et s’imaginent les choses les plus horribles. Commencez par dire clairement que la personne décédée ne sent plus rien, donc ni la chaleur ni la douleur. Seul le corps reste, mais plus rien ne fonctionne dans ce corps. Comparez-le à une maison vide et inhabité. Une crémation peut avoir lieu avant ou après la cérémonie d'adieu. Le cercueil dans lequel se trouve le défunt est glissé dans un four spécial. Le cercueil sera accompagné d’une pierre d'argile pour que les cendres ne puissent pas être échangées après la crémation. Après la crémation, les proches peuvent également emporter cette pierre à la maison s'ils le désirent. A cause de la grande chaleur dans le four, le cercueil commencera à brûler automatiquement. Cela prend environ entre une heure et une heure et demie. Ensuite, il ne reste plus que les cendres qui sont placées dans une urne. Vous décidez vous-même de la destination de l’urne. Certaines personnes l’emportent à la maison, d'autres répandent les cendres sur la pelouse de dispersion du cimetière ou placent l'urne dans un colombarium (= mur avec des cases pour les urnes) ou dans une tombe du cimetière. Quand il s’agit d'un décès dans votre propre famille, discutez de ces options avec votre enfant et cherchez ensemble la meilleure solution pour votre famille.

Comment expliquer un enterrement ?

Un enterrement à toujours lieu au cimetière où une fosse de trois mètres de profondeur a déjà été creusée par les travailleurs municipaux. Après la cérémonie d'adieu, l'entrepreneur de pompes funèbres conduit le cercueil au cimetière, où la famille et les amis se retrouvent. Habituellement, on y lit également un texte, après quoi tout le monde rend un dernier hommage au cercueil ou met une fleur sur le cercueil. Selon les souhaits de la famille, le cercueil est enfoui dans le sol en présence de la famille ou après que tout le monde a quitté le cimetière. Le fait que le défunt finit par être mangé par des vers ou par d'autres animaux est un mythe. C'est le corps qui se décompose lui-même par les bactéries qui sont déjà présentes dans le corps jusqu'à ce que seuls les os restent. Cela n'a donc rien à voir avec un processus de putréfaction ou le fait d'être mangé.

Comment puis-je aider mon enfant à surmonter cette perte?

Le deuil en soi n'est pas nécessairement une raison pour demander immédiatement l'aide d'un professionnel. En tant que parent, il est préférable de soutenir votre enfant vous-même. Si vous traversez une période difficile et que c'est trop lourd émotionnellement, il n'y a rien de mal à demander à quelqu'un d'autre qui connaît bien l'enfant, de le faire. Il peut s'agir d'un membre de la famille, du parent d'un ami ou de l’enseignant(e). Le plus important, c'est que votre enfant peut s'adresser à quelqu'un, que ce soit vous, un parent ou un tuteur. Soyez toujours honnête avec votre enfant et répondez à ses questions. Faites-lui comprendre qu’il peut toujours s’adresser à vous et soutenez-vous mutuellement.

Pour les enfants, il est particulièrement important de retrouver le plus rapidement possible une routine quotidienne qui leur permet de se détendre et de retrouver la sécurité. Faites savoir à votre enfant que les émotions font partie de la vie et qu'il peut tout simplement les montrer, tout comme vous le faites en tant qu'adulte. Ensemble, vous pouvez rechercher des outils tels que la lecture de livres, la musique, l'artisanat, le dessin, etc.

« Je ne t’oublierai jamais » est là pour aider les enfants dans leur processus de deuil et pour permettre au défunt de continuer à être présent dans l’univers de souvenirs de l'enfant. Vous pouvez demander régulièrement à votre enfant où il en est dans la création de l’univers de souvenirs et si l’arbre a déjà bien poussé. Enfin, les enfants aiment souvent avoir un objet spécial de la personne décédée qu’ils peuvent toucher quand ils traversent un moment difficile. A cet effet, vous pouvez faire une boîte à souvenirs avec eux dans laquelle ils peuvent garder tous ces objets. Par contre, les dessins, photos et textes écrits peuvent être sauvegardés dans « Je ne t’oublierai jamais ».

Qui est Lies Scaut ?

Lies Scaut est assistante sociale et psychothérapeute chez « De Weg Wijzer », un centre de traumatologie et d'accompagnement du deuil. En tant que psychothérapeute, elle se concentre principalement sur les effets des pertes aiguës et chroniques, des traumatismes psychiques et des événements majeurs (tels que les maladies aiguës, les soins palliatifs, la violence aiguë, les accidents de la route, etc.) en accordant une attention particulière aux enfants et aux jeunes. Elle s'est spécialisée dans l'accompagnement du deuil des enfants et des jeunes grâce à des années d'expérience dans le domaine des soins aigus dans les écoles et en suivant des formations nationales et internationales. En tant qu’enseignante, elle est rattachée à plusieurs écoles supérieures et elle est une oratrice très demandée lors de conférences, de journées d'études et de formations, ou pour donner des conseils dans les médias.

Elle est l'auteur du livre « DoodGewoon - Kinderen begeleiden bij rouw » (tout à fait normal, accompagner les enfants en deuil) , et co-auteur de plusieurs livres sur le deuil et le traumatisme. En automne 2018, ses premiers livres pour enfants seront publiés chez Clavis Uitgeverij.