Don de son corps à la science : un beau geste

Vous pouvez choisir de renoncer à votre corps pour la recherche scientifique après votre décès. De cette façon, les étudiants en médecine, nos futurs médecins, ont la chance de pratiquer de nouvelles techniques et procédures chirurgicales. La procédure permettant de mettre votre corps à la disposition de la science n’est pas connue du grand public. C'est pourquoi nous vous proposons cet aperçu pratique :

  • Vous contactez une faculté de médecine de votre choix.
  • Cette université vous propose un document/testament afin que vous puissiez indiquer que vous souhaitez faire don de votre corps à la science. Ce testament doit être écrit à la main, daté et signé par le donateur.
  • Vous recevez une copie du testament que vous aurez donné à une personne de confiance.
  • Vous recevez également une carte à mettre dans votre portefeuille, de préférence avec votre carte d'identité.
  • À votre décès, votre corps sera recueilli par l’entrepreneur en pompes funèbres, qui l'amènera à l'université de votre choix.
  • Après un séjour de durée indéterminée (généralement entre 1 et 2 ans), l’université libère le corps conformément aux dispositions légales en tenant compte des dernières volontés du défunt.
DELA - Don de son corps à la science

Attention!

  • Les universités ne paient jamais pour un corps.
  • Tous les coûts liés au décès, y compris le transport par l’entrepreneur en pompes funèbres, sont à la charge de la famille ou des héritiers légaux.

C'est donc un mythe de dire que votre corps donné à la science ne coûte rien. Informez-vous longtemps à l'avance des coûts éventuels.

Les universités peuvent également refuser un corps sous certaines conditions :

  • En cas de notification et de remise tardive du corps.
  • Si une autopsie approfondie a eu lieu.
  • Du fait que le corps est trop endommagé par un accident grave ou une intervention chirurgicale. La méthode de conservation ne peut alors pas être appliquée.
  • En cas de précédente greffe d'organe.
  • En cas de décès à l'étranger.