La crémation : toujours plus populaire

La crémation consiste à brûler le corps du défunt dans un incinérateur. Ce processus se déroule dans un crématorium. En Flandre, près de 70 % des personnes choisissent cette forme de funérailles. En Wallonie, ce pourcentage est de 55 %. Les entrepreneurs de pompes funèbres attribuent l’augmentation des crémations (qui ont doublé en 20 ans) à la diminution du nombre de croyants catholiques. Les catholiques sont toujours nombreux à privilégier des funérailles traditionnelles avec inhumation.

Une crémation peut être organisée avec le crématorium ou par l’intermédiaire d’un entrepreneur de pompes funèbres. Celui-ci se chargera de l’organisation et de toutes les formalités administratives de l’incinération.

Vue d’ensemble des entrepreneurs de pompes funèbres partenaires de DELA

Quelles sont les étapes d’une demande de crémation ?

Pour organiser la crémation d’un défunt, vous devez obtenir l’autorisation de l’Officier de l’État civil de la commune où la personne est décédée. En cas de décès non naturel ou d’un décès à l’étranger, vous devez obtenir l’autorisation du parquet compétent.

C’est généralement l’entrepreneur de pompes funèbres qui se charge d’introduire cette demande et de transporter le défunt au crématorium. Les documents à joindre à une demande de crémation sont les suivants :

  • un certificat du médecin qui établit le décès et mentionne s’il s’agit d’une mort naturelle, violente ou suspecte et atteste de l’absence de pacemaker
  • si la mort naturelle est établie, un deuxième rapport devra être remis par un médecin désigné par le conseil communal
  • en cas de mort violente ou suspecte avérée, une autorisation de crémation délivrée par le procureur du Roi sera nécessaire

Comment se déroule une crémation ?

À l’arrivée du défunt au crématorium, l’autorisation de crémation et le permis de transport du corps et des cendres sont contrôlés par le personnel public du crématorium. Une pierre réfractaire portant le numéro d’enregistrement est ensuite apposée sur le cercueil. Celle-ci résiste au processus d’incinération et permettra de n’avoir aucun doute quant à l’identité du défunt. Généralement, la dépouille mortelle est incinérée dans un cercueil de crémation : un cercueil peu onéreux qui servira de 'combustible' supplémentaire à la crémation. L’incinérateur monte jusqu’à une température maximale d’environ 1.110 degrés Celsius et la crémation dure une heure et demie. Les cendres d’une personne adulte pèsent environ 2,5 à 3 kg. Un malentendu répandu est de croire que le corps est consumé par les flammes. En fait, la crémation s’opère sous l’effet de la chaleur.

Le mélange de cendres étant interdit, seule une personne peut être incinérée à la fois par incinérateur. Seules les cendres du défunt subsistent donc à l’issue de la crémation. Elles sont placées dans une urne hermétique portant la pierre d’identification qui sera remise à l’entrepreneur de pompes funèbres ou aux proches. Le crématorium remet une urne gratuite pour les cendres. Les proches peuvent évidemment acquérir une urne décorative auprès de l’entrepreneur de pompes funèbres. Ces urnes sont toujours munies d’un couvercle, mais existent en toute une variété de formes, de dimensions, de coloris et de matériaux. Les principaux matériaux utilisés sont la céramique, le marbre, le métal, mais aussi le verre et même le bois.

La loi n’impose aucune exigence vestimentaire (hormis le latex, qui est interdit) ou en matière de bijoux portés par le défunt pour sa crémation. Les vêtements fabriqués en matériaux naturels sont cependant plus écologiques.

En savoir plus sur la destination des cendres

Le crématorium : dire adieu à un proche

Le crématorium est un endroit calme et serein, qui propose toutes les infrastructures nécessaires, comme des auditoriums et de salles de réception. Famille et proches peuvent ainsi dire personnellement adieu à leur proche décédé.

Les crématoriums intercommunaux sont subventionnés par les communes avoisinantes. Les autres crématoriums sont indépendants, mais les crémations sont toujours assurées par des officiers publics. Cette approche est parfaitement compatible avec celle du secteur privé. Les crématoriums DELA sont donc indépendants, mais les crémations sont assurées par des agents des pouvoirs publics.

Le transport d’une dépouille doit être réalisé dans une voiture spéciale, immatriculée spécifiquement pour cette activité. En d’autres termes, seuls l’entrepreneur de pompes funèbres ou une entreprise spécialisée sont habilités à transporter le corps d’un défunt. Une urne, en revanche, peut être transportée par un véhicule sans immatriculation spéciale.

La cérémonie de crémation : à vous le choix

Il est possible d’organiser une cérémonie d’adieu dans l’une des salles du crématorium, même sans crémation. Le défunt peut être incinéré avant ou après la cérémonie. Celle-ci peut revêtir plusieurs formes en fonction de la conviction religieuse. Il est tout à fait possible d’en faire une cérémonie personnelle, en impliquant la famille et les amis.

La cérémonie peut être animée par un collaborateur du crématorium, un conseiller moral, un membre de la famille ou un prêtre catholique. Ce dernier organise un office similaire à celui organisé à l’église, mais sans communion (distribution de l’hostie). La famille peut même consommer un repas pendant la crémation au sein même du crématorium, afin de ne pas devoir se déplacer. Il est également possible d’enregistrer la cérémonie. Les proches pourront ainsi revivre la cérémonie chez eux, en toute sérénité, et ceux qui n’auront pas pu être présents auront l’occasion de la revoir. Des photos ou vidéos peuvent aussi être projetées pendant la cérémonie.

Les formules de réception sont nombreuses : simples sandwiches, buffet froid ou chaud, et même cocktail dînatoire. La cafétéria propose des boissons (chaudes ou fraîches) et éventuellement des en-cas.