Soins palliatifs

Les hôpitaux disposent d'une équipe spécialisée en soins palliatifs. La plupart des patients en phase terminale se retrouvent dans cette unité après avoir reçu d'autres traitements dans une autre section de l'hôpital ou après une hospitalisation d'urgence, en raison d'une complication incurable. Il y a aussi certaines personnes qui choisissent volontairement de finir leurs jours à l'hôpital : pour ne pas être une charge pour leur famille, parce qu'elles s'y sentent en sécurité, ou parce que l'environnement hospitalier est devenu entre-temps familier.

Par ailleurs, les maisons de repos disposent de plus en plus de personnel spécialement formé à l'accompagnement des résidents en stade terminal. Ce personnel peut contribuer à faire en sorte que les derniers moments de vie soient dignes et confortables. Il existe aussi des maisons de soins qui proposent des chambres à part pour les personnes mourantes.

DELA - Soins palliatifs
DELA - Soins palliatifs

L'accompagnement de la personne mourante : un métier pas comme les autres

Les soins palliatifs ont pour objectif d'optimiser la fin de vie des patients atteints d'une maladie mortelle. Ces soins ne comprennent pas seulement le traitement des maux physiques mais aussi les aspects sociaux et psychologiques de la personne mourante. L'attention se porte toute entière sur la qualité optimale de la fin de vie, à la fois pour le patient et ses proches.

La sédation palliative ou terminale consiste à placer le patient en phase terminale dans un coma profond pour le soulager de ses douleurs. En général, le patient n'est pas non plus alimenté ou hydraté, car cela peut nuire à un patient mis sous sédatif.

Les opposants à l'euthanasie considèrent souvent que la sédation palliative est une alternative éthique. Néanmoins, elle reste une forme de traitement controversée, puisqu'elle amène en général plus rapidement à une fin de vie. C'est pourquoi, certains la définissent comme une forme cachée d'euthanasie.

En savoir plus sur l'euthanasie

Le soutien : très important

Le médecin de famille joue un rôle important dans l'accompagnement de la personne mourante. Il ou elle sait ce qui est faisable et ce qui ne l'est pas. Il est donc recommandé de se concerter sur la fréquence des visites à domicile du médecin de famille, ses disponibilités s'il y a des questions urgentes, l'aide suppléante si le médecin est absent, le congé d'assistance et autres aspects pratiques. Il faut aussi être bien clair sur les attentes liées à la lutte contre la douleur et la fin de vie.

Une aide infirmière peut s'avérer nécessaire. Non seulement pour les compétences médicales mais aussi pour alléger les tâches du ou des garde-malades au quotidien. On peut convenir de la durée des visites et de leur fréquence, ainsi que d'une visite d'urgence en cas de situation imprévue.

L'accompagnement émotionnel ne doit pas seulement concerner la famille et le cercle d'amis. Des psychologues, travailleurs sociaux, accompagnateurs de personnes mourantes ou religieux peuvent aussi apporter un soutien pour ces adieux.

Les centres journaliers de soins palliatifs offrent un accueil et des soins de jour aux patients concernés. Ils n'ont ainsi pas besoin de séjourner à l'hôpital si une permanence n'est pas possible à leur domicile.

DELA - Soins palliatifs

Les enfants

La présence d'enfants lors des adieux demande une attention toute particulière. Il faut qu'ils soient bien accompagnés afin d'apprendre à composer avec une perte inévitable. Faites en sorte d'être à leur écoute s'ils ont besoin de parler ou de soutien. La famille doit aussi pouvoir se retrouver un moment seule tous les jours sans être dérangée. De plus, les enfants ont besoin d'une routine quotidienne : conduite à l'école, jeux avec les copains, participation à leurs activités, etc.

Il est toujours bon d'avoir à proximité une personne familière pouvant prendre le relais si la situation pèse trop lourdement à un certain moment.

Décéder chez soi

De nombreuses personnes préfèrent décéder à la maison, c'est-à-dire dans un environnement familier aux côtés de leurs êtres chers. Cette possibilité s'applique dans bien des cas, même si cela demande alors beaucoup d'organisation et de dévouement de la part des proches. Si tout est bien pris en charge, il reste suffisamment de temps et d'espace pour faire de beaux adieux en toute sérénité.