Types de testaments

Quelles sont les différentes formes de testament ?

Lors de la rédaction d'un testament, gardez à l'esprit les différents types. Il existe seulement 3 formes valides de testament :

Le testament 'olographe' ou manuscrit

Le testament olographe, ou manuscrit, est rédigé, daté et signé par le disposant. Un testament sous seing privé doit obligatoirement être rédigé à la main dans son intégralité. Un document dactylographié et imprimé n’est donc pas valable.

Le testament 'notarié' ou authentique

Le testament authentique est dicté au notaire par le disposant, en présence de deux témoins. Les avantages du testament notarié par rapport au testament olographe sont les suivants :

  • personne ne pourra contester la date ou la véracité du testament a posteriori.
  • un testament authentique ne peut être perdu.

Le notaire conserve le testament authentique et l’enregistre au Registre Central des Testaments (RCT)

Le testament international

Un testament international est une combinaison du testament notarié et du testament olographe. Il s’agit d’un document écrit, rédigé à la main ou dactylographié et établi par le disposant en personne ou par quelqu’un d’autre. Le choix de la langue du document est libre. Le disposant remet ensuite ce document au notaire et déclare, devant notaire et en présence de deux témoins, que le document est son testament et qu’il en connaît le contenu. Le notaire conserve ensuite le document sous pli fermé, avec l’acte notarié et la déclaration du disposant.

Rédiger un testament soi-même

Rédiger un testament soi-même ? Lisez ici les conditions pour un testament juridiquement valable ou recevez des modèles de testament.

Recevez des exemples de testaments

Cliquez sur le lien ci-dessous pour recevoir quatre exemples simples de testaments par e-mail. De quoi pouvoir rédiger vous-même un testament juridiquement valable.

testament

Quelle forme de testament choisir ?

Le testament olographe est la forme de testament la plus simple et la moins onéreuse. Le texte de cette forme de testament est généralement très simple, mais souvent, aussi, incomplet. Le disposant qui rédige lui-même son testament ne dispose pas des connaissances juridiques nécessaires pour prévoir des arrangements complémentaires au cas où son légataire (la personne à laquelle revient, par testament, un bien déterminé de la succession) venait à décéder avant, voire après lui. Un notaire peut l’y aider.

En outre, le risque de perte, d’oubli ou de destruction du testament existe. Voire pire : qu’il tombe aux mains d’un non-héritier. Le problème est donc celui de la conservation. Le notaire peut, dans ce cas aussi, apporter une solution. Il conserve le testament et en assure l’enregistrement au Registre Central des Testaments (RCT). Après son décès, le disposant est donc sûr que ses volontés par rapport à sa succession seront respectées, au moment où ses héritiers informeront le notaire de son décès.

Il est conseillé au disposant de laisser une note à l’attention de ses héritiers dans son administration, afin de les informer du nom du notaire à contacter à son décès. Quoi qu’il en soit, la valeur probante d’un testament olographe (donc sans intervention d’un notaire) est réelle. Un héritier mécontent doit prouver que le testament n'appartient pas au testateur, ce qui n'est souvent pas une tâche facile. Il est donc recommandé de rédiger son propre testament dans de nombreuses situations.

Les aspects fiscaux liés à une succession sont multiples. Quelle est la différence entre le partage d'un héritage et une succession ? Quelles personnes peuvent prétendre à une succession et quels taux de succession s'appliquent ?

En quoi consiste un héritage ?