Don d'organes : aidez les autres avec vos organes

En vertu de la loi du 13 juin 1986 sur le don d'organes, chaque Belge inscrit au registre de la population est un donneur potentiel. Sauf si vous vous y êtes opposé via le registre national de votre commune ou de votre ville.

Malheureusement, de nombreux organes de personnes décédées sont perdus chaque année en raison de protestations soudaines de membres de la famille et de médecins qui répondent souvent à leur demande de ne pas prélever d'organes. Il est donc important d’informer votre famille de vos souhaits concernant le don d’organes.

Le 14 juin 2006, la loi sur le don d'organes a également été modifiée. Désormais, vous pouvez faire inscrire votre volonté ou refus d’être un donneur d'organes. La procédure est simple et gratuite. Il suffit de remplir et de signer le formulaire d'inscription concernant le don d'organes à la commune. Le formulaire est automatiquement transmis au registre national. Cela permet d'éviter les conflits avec et au sein de la famille.

En savoir plus ?

Sur le site Web health.belgium.be, vous trouverez un dépliant et une brochure avec plus d'informations sur le don d'organes.

Un conseil supplémentaire est de mettre votre carte LEIF personnelle (lien vers la page LEIF) à côté de votre carte d’identité, sur laquelle toutes vos dernières volontés sont bien groupées.

DELA - don d

Questions fréquentes

Quand ne peut-on PAS retirer d’organe ?

  • lorsque la personne décédée s'est officiellement inscrite auprès de l'état civil en indiquant qu’elle ne souhaite pas être un donneur.
  • si le donneur potentiel a exprimé son opposition d'une autre manière et dans la mesure où son médecin en a été informé.

La loi du 25 février 2007 a supprimé la possibilité d’opposition des membres de la famille du premier degré. D'un point de vue juridique, la famille d'un donneur potentiel ne peut plus s’opposer au don d'organes. Bien que cela se produise encore quotidiennement dans la pratique.

Puis-je (ou ma famille) être indemnisé pour le don de mes organes ?

La renonciation à des tissus ou à des organes ne doit jamais être réalisée dans un but lucratif. Il est donc interdit de demander de l'argent pour cela. Le donneur ou ses proches n'ont donc aucun droit sur le récepteur (receveur d'organe).

Le corps du donneur est-il traité avec respect ?

Le prélèvement des organes et la fermeture du corps doivent toujours se faire dans le respect du défunt et des sentiments de la famille. Il est important que cela soit réalisé rapidement et avec soin afin que le défunt puisse être mis en bière et que la famille puisse dire ses adieux au corps.

L'identité du donneur d'organes peut-elle être connue ?

Non. L'identité du donneur et du récepteur ne peut pas être communiquée. Par exemple, un récepteur peut envoyer une lettre de remerciement à la famille du donneur. Mais dans cette lettre, l'identité du récepteur ne doit en aucun cas être divulguée. Par l'intermédiaire du centre de transplantation ou de l'hôpital, la lettre est ensuite transmise anonymement à la famille du donneur.